Banana Bread

08042019-DSC_1062Quand on a des bananes trop mûres, la première recette qui nous vient à l’esprit c’est le Banana Bread évidemment ! C’est tellement simple et bon, qu’on hésite pas une seconde!

Le pain ou cake à la banane est un grand classique de la pâtisserie américaine que l’on déguste au petit déjeuner ou au goûter, il se décline à l’infini, avec du beurre ou de l’huile, nature ou au chocolat, avec les fruits secs de son choix ….c’est une recette anti-gaspillage qui permet de recycler les bananes un peu trop mûres qui trainent dans le panier à fruits…

C’est pendant la Grande Dépression dans les années 30, aux États-Unis, période de grande disette, que les femmes au foyer eurent l’idée d’utiliser les fruits nutritifs comme la banane qui mûrissaient trop vite, dans la pâtisserie pour éviter le gaspillage. Ainsi naissait le Banana Bread…

Pour la réussite de ce gâteau, il est important d’utiliser des bananes mûres avec des petites tâches noires. Poursuivre la lecture de « Banana Bread »

Génoise

13042019-DSC_1234La génoise est un biscuit léger à base d’œufs, de sucre, de farine et éventuellement de beurre fondu, elle entre dans la composition de nombreux desserts plus élaborés comme le fraisier, le moka, la forêt noire….Traditionnellement, les œufs entiers et le sucre sont fouettés sur un bain-marie, ce qui peut paraître un peu fastidieux. Personnellement je ne l’ai jamais fait, je testerai peut-être un jour pour voir la différence. La recette que je vous propose aujourd’hui est simple, il faudra seulement un bon batteur électrique, pour bien battre les œufs et le sucre….

Chose importante aussi : il faudra absolument cuire votre génoise dans un moule de 20 ou 22 cm ( pas plus !) pour obtenir un gâteau bien haut…

Avant de commencer voici son histoire, racontée par Joseph Fauve en 1894, dans son « Dictionnaire universel de cuisine » :

<< On doit dire un biscuit génois ou un biscuit en pâte génoise. A la fin des années 1830, Auguste Julien , chef chez Chiboust, en Voyage à bordeaux chez le pâtissier Lorsa voit un ouvrier italien venu de Gênes battre le biscuit sur feu doux. Dès son retour, il effectue de nombreuses expériences et, en hommage à l’ouvrier, il baptise la pâte  » Génoise ».

Puis il a l’idée de lui incorporer du beurre, ce qui donnera, après son départ de chez Chiboust , le  » Biscuit régent » dans lequel il met également des amandes. Enfin , en 1844, Auguste Julien ouvre avec Arthur, son frère aîné, une pâtisserie à l’angle du 27 rue Vivienne et de la rue des Saint-Gilles-Waes à Paris. Et lorsque, en 1852, le plus jeune frère, Narcisse, les rejoindra, ils créeront ensemble, avec cette pâte génoise, le « Trois frères », une pâtisserie qui sera la plus célèbre jusqu’à la fin du XIX ème siècle.>>  Poursuivre la lecture de « Génoise »