Gâteau de Pomme de terre

DSC_1597

Née il y a 8 000 ans sur les plateaux de la Cordillère des Andes, la pomme de terre fut rapidement cultivée par les Incas dès le XIIIe siècle.

Il faudra attendre 3 siècles pour qu’elle atteigne les rivages européens, grâce aux conquistadors espagnols.

Le légume migre ensuite vers l’Italie, puis en Allemagne et dans le sud de la France. Elle commence à être cultivée sous l’impulsion d’Olivier de Serres et de Charles de l’Escluze.

Longtemps boudée par les consommateurs français, la pomme de terre est réservée en premier lieu à la nourriture des cochons et des animaux de la ferme.

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le pharmacien Parmentier arrive à séduire les palais français.

Solution à la famine, vertus nutritives et gustatives, la pomme de terre est auréolée de vertus et s’invite sur toutes les tables au XIXe siècle.

Aujourd’hui la pomme de terre est un aliment de base de notre alimentation, consommée en purée, au four ou en salade, elle est le légume les plus consommé dans le monde.

Il existe plus de 4000 variétés et une centaine est cultivée en France.

Je vous propose ce gâteau de pomme de terre vraiment délicieux, qui accompagnera à merveille vos viandes, une recette que j’ai ressorti de mes archives, une recette qui date de 2006, comme on dit les bonnes vieilles recettes sont souvent les meilleures !

Mes conseils: Utilisez un petit moule de 22 cm pour obtenir un gâteau épais, ou pourquoi pas des ramequins pour faire des portions individuelles et une belle présentation.

Poursuivre la lecture de « Gâteau de Pomme de terre »

Pâte à tarte (sans beurre)

27082019-DSC_7141.JPG

Cette recette est fortement inspirée d’une recette qui datte de Mathusalem, la « fameuse tarte minute de Tupperware », tout ceux qui ont assisté aux ateliers de la marque ou ceux qui comme moi ont fréquenté les forums de cuisine, la connaissent….

La méthode est simple et rapide : il suffit de mettre tous les ingrédients dans une boite hermétique ( un tupperware donc ) et de secouer les ingrédients de bas en haut, ensuite de haut en bas pour ensuite obtenir une pâte amalgamé qu’il faut ensuite étaler entre deux papiers sulfurisés.

Ici je ne suis pas cette méthode, j’ai  gardé seulement les ingrédients ( diminuant la quantité d’huile) en procédant de manière traditionnelle.

Ce qui me plait dans cette recette c’est qu’elle ne contient pas de produit laitiers, c’est intéressant pour ceux qui sont intolérants au lactose.

Cette pâte à tarte s’utilise aussi bien en sucré que pour les préparations salées telles que les quiches etc.. Poursuivre la lecture de « Pâte à tarte (sans beurre) »

Génoise

13042019-DSC_1234La génoise est un biscuit léger à base d’œufs, de sucre, de farine et éventuellement de beurre fondu, elle entre dans la composition de nombreux desserts plus élaborés comme le fraisier, le moka, la forêt noire….Traditionnellement, les œufs entiers et le sucre sont fouettés sur un bain-marie, ce qui peut paraître un peu fastidieux. Personnellement je ne l’ai jamais fait, je testerai peut-être un jour pour voir la différence. La recette que je vous propose aujourd’hui est simple, il faudra seulement un bon batteur électrique, pour bien battre les œufs et le sucre….

Chose importante aussi : il faudra absolument cuire votre génoise dans un moule de 20 ou 22 cm ( pas plus !) pour obtenir un gâteau bien haut…

Avant de commencer voici son histoire, racontée par Joseph Fauve en 1894, dans son « Dictionnaire universel de cuisine » :

<< On doit dire un biscuit génois ou un biscuit en pâte génoise. A la fin des années 1830, Auguste Julien , chef chez Chiboust, en Voyage à bordeaux chez le pâtissier Lorsa voit un ouvrier italien venu de Gênes battre le biscuit sur feu doux. Dès son retour, il effectue de nombreuses expériences et, en hommage à l’ouvrier, il baptise la pâte  » Génoise ».

Puis il a l’idée de lui incorporer du beurre, ce qui donnera, après son départ de chez Chiboust , le  » Biscuit régent » dans lequel il met également des amandes. Enfin , en 1844, Auguste Julien ouvre avec Arthur, son frère aîné, une pâtisserie à l’angle du 27 rue Vivienne et de la rue des Saint-Gilles-Waes à Paris. Et lorsque, en 1852, le plus jeune frère, Narcisse, les rejoindra, ils créeront ensemble, avec cette pâte génoise, le « Trois frères », une pâtisserie qui sera la plus célèbre jusqu’à la fin du XIX ème siècle.>>  Poursuivre la lecture de « Génoise »